Les 21e Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2018 « La puissance de l’image »

Les 21e Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2018 « La puissance de l’image »

Parcours recherche et enseignement : religions et images

Atelier pédagogique : L’image : un enjeu dans l’Islam contemporain (XX-XXIe siècles) ?

L’atelier présenté s’inscrit dans le parcours pédagogique du Plan national de formation au sein des Rendez-vous de l’histoire. Le cadrage des ateliers pédagogiques articule une communication scientifique d’un universitaire et une proposition de transposition didactique dans le cadre des programmes scolaires.

 

Intervenants : 

Dominique AVON, Directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (Ve Section, “Sciences religieuses” – islam sunnite). Groupe Sociétés, Religions, Laïcités du CNRS - Ecole Pratique des Hautes Etudes

Gilles DARIER, professeur d’histoire-géographie, professeur formateur académique, – Académie de Grenoble

Nathalie REVEYAZ, IA-IPR histoire et géographie – Académie de Grenoble

 

Problématique et finalités de de l’atelier

Pour comprendre la réflexion conduite, il convient de considérer chacun des termes constituant le titre de cet atelier

L’image ? 

  • Comme représentation de la réalité – de l’homme – comme support de communication et de l’humour. Si l’on prend l’image figurée, il est nécessaire de considérer l’intention de l’auteur par rapport à cette image qui peut illustrer, démontrer, dénoncer… 
  • De quelle image parle-t-on ? l’homme, des hommes, du prophète, de sa famille, du premier cercle des compagnons ?  

Un enjeu dans l’Islam contemporain ? 

Cet enjeu est à considérer d’un triple point de vue :

  • du point de vue des acteurs qu’il mobilise ou qu’il implique, en considérant les musulmans eux-mêmes (sunnites ? chiites ?) ? Les autorité religieuses et politiques musulmanes ? Le rapport musulmans-non-musulmans.
  • en fonction de la nature de l’enjeu qu’il revêt : en la considérant comme une contrainte pour s’adapter à la société contemporaine ? une tension ou dimension sociale, sociétale, politique avec le religieux en le considérant comme tel ou le religieux comme référentiel ?  
  • en considérant la vision de l’enjeu depuis le lieu concerné : au Proche et Moyen Orient ? dans les sociétés occidentales ?   

L’atelier va explorer l’interdiction ou du moins l’affirmation de l’interdit de représentation de Muhammad et plus généralement de toute image figurée qui apparait ou qui est présentée comme un lieu commun de l’Islam. L’affirmation de cet interdit dans les fondements théoriques et institutionnels des écoles juridiques musulmanes est-il toujours possible dans un monde de plus en plus dominé par l’image ? Quelle est la norme adoptée par les juristes musulmans, notamment sunnites, pour répondre à lamultiplication des images dans les sociétés contemporaines ?

Comment expliquer cette norme ? Quelle est l’historicité de cette norme ?

Vous pouvez écouter l’atelier à cette adresse.

 

Intervention scientifique de Dominique AVON- Directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (Ve Section, “Sciences religieuses” – islam sunnite)

Dominique Avon explique la construction de la norme par rapport à l’image, son historicité et sa contextualisation en précisant qui prescrit et qui fixe la règle en prenant comme point d’accroche de la réflexion l’affaire dite des « caricatures du prophète Mahomet » au cours de l’hiver 2005-2006. 

Consulter le texte de l'intervention

Transposition didactique : Gilles DARIER, professeur d’histoire-géographie, professeur formateur académique, et Nathalie REVEYAZ, IA-IPR histoire et géographie – Académie de Grenoble

 

Cadrage de la transposition pédagogique en lien avec les apports scientifiques de Dominique AVON :

 

De l’intervention Dominique Avon que retenir pour une application dans les classes :

- L’interdiction de l’image de Muhamad et de la représentation humaine figurée par les autorités musulmanes et par les populations est une construction qui de fait n’est pas tranchée définitivement comme le discours médiatique tend à le dire.

  

- il est nécessaire de considérer des différences : entre les territoires ; entre Sunnites et Chiites, mais tout autant entre les Sunnites eux-mêmes en dépassant cet autre lieu commun qui réduit les oppositions au sein de l’Islam aux seules tensions Sunnite-Chiites ; d’appréciations et des décisions différentes selon le caractère de l’image : sacré ou humaine, son contexte, son intention.

- l’image peut servir l’Islam.

 

La situation pédagogique posée est : 

Comment faire travailler le rapport à l’image et à l’interdit de l’image en lien avec une religion ?

Cette question peut être polémique dans la classe. L’objectif ici n’étant pas d’aboutir à une discussion sur la liberté de la presse ou à une discussion pour ou contre les caricatures. Il s’agit de construire, avec les élèves, un raisonnement en adoptant une démarche scientifique sur l’image. L’image comme source ou document à traiter par l’historien dans une société du numérique et de l’information en considérant son poids, son omniprésence, et sa capacité d’influence. 

La notion centrale qui émerge de l’intervention de Dominique Avon et du questionnement de l’Islam par rapport à l’image est celle de conflit. Conflit qui se manifeste à l’occasion de la mobilisation suscitée par la publication des caricatures de Muhammaddans le monde occidental et peut de fait être instrumentalisé par différents protagonistes. Conflit de modernité interne à l’Islam qui peut être générationnel mais qui peut aussi se comprendre dans le rapport complexe que le pouvoir politique entretient avec le religieuxdans le monde musulman. Conflit, enfin, à considérer dans une perspective plus proprement géopolitique, l’affaire des caricatures peut être présentée sous l’angle des acteurs (les médias, les gouvernements, les opinions publiques... ) et dans un rapport de puissance, en l’envisageant comme un conflit de civilisation à interroger dans sa dimension idéologique.

Cadrage questions programmes 

 

Des enjeux scientifiques et didactiques :

Les enjeux

 

La proposition de démarche :

Transposition

 

Orientations bibliographiques :

  • AVON D., La Caricature au risque des autorités politiques et religieuses, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 p. ill.
  • AVON D., Dimension religieuse des conflits contemporains au Moyen-Orient Université populaire - Cycle "Paix et guerres au Moyen-Orient" Séance inaugurale - 2016
  • AVON D., le Proche Orient et le Moyen Orient, un foyer de conflits, Journée scientifique organisée par l'APHG en coopération avec l'AHCESR à l'université Paris Sorbonne. - 2013
  • BLANC P., CHAGNOLLAUD JP., Atlas du Moyen-Orient : aux racines de la violence, Paris, Autrement. 2016.
  • BLANC P., CHAGNOLLAUD JP., Violence et politique au Moyen-Orient, Paris, Presses de Science Po, 2014. 256 p.
  • BOZARSLAN H., Une histoire de la violence au Moyen-Orient : De la fin de l’Empire ottoman à Al-Qaida, Paris, La Découverte, 2008. 324 p.

FAVRAY-SADAA J., Comment produire une crise mondiale avec douze petits dessins, Fayard