La Préhistoire, L’outil, le feu : le matériel et l’immatériel

La Préhistoire, L’outil, le feu : le matériel et l’immatériel

Les 20e Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2017 « Eurêka, Inventer, découvrir, innover »

Atelier pédagogique

L’atelier présenté s’inscrit dans le parcours pédagogique du Plan national de formation au sein des Rendez-vous de l’histoire. Le cadrage des ateliers pédagogiques se constitue d’une intervention d’un universitaire et en prolongement d’une proposition de transposition didactique dans le cadre des programmes disciplinaires.

 

Intervenants : 

Jean-Paul DEMOULE - professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne – membre de l’institut universitaire de France. 

David LANARO – Professeur d’histoire-géographie – formateur disciplinaire Académie de Grenoble

Nathalie REVEYAZ – IA-IPR histoire et géographie – Académie de Grenoble

 

L’atelier s’est interrogé sur ce que Jean-Paul Demoule appelle dans son dernier ouvrage « les dix millénaires zappés » soit cette période longue de la préhistoire sur comment la fabrication des outils va faire l’homme… comment les hommes par la fabrication d’outils et d’outils pour en fabriquer d’autres vont donner un sens nouveau, vont progressivement adopter un nouveau cadre de vie, de nouveaux modes de vie avec la sédentarisation… comment finalement par une évolution, ils transforment de manière irréversible et de fait révolutionnaire les outils, leurs usages dans des dimensions matérielles et immatérielles et progressivement font société. 

Vous pouvez écouter l’atelier à l’adresse suivante :

http://www.rdv-histoire.com/edition-2017-eureka-inventer-decouvrir-innover/la-prehistoire-le-feu-l-outil-le-sacre

Intervention scientifique de Jean-Paul DEMOULE- professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne

Dans son interventionconsacrée aux innovations majeures de l’aventure humaine sur la très longue période qui précède l’histoire, Jean-Paul DEMOULE a beaucoup insisté sur la « révolution néolithique » comme rupture fondamentale dans la construction de notre contemporanéité. 

Transposition didactique 

La place de la Préhistoire et de la « révolution néolithique » dans les programmes. Identifier les questionnements, les objectifs d’enseignements et les compétences à mettre en œuvre pour aborder cette question programme - Nathalie Reveyaz – IA-IPR histoire et géographie

La proposition pédagogique – David Professeur d’histoire-géographie – formateur disciplinaire Académie de Grenoble

Enjeux d’un défi pédagogique :

Il existe une tension entre la forte présence contemporaine de ces premiers temps de l’aventure humaine et les apports des dernières recherches souvent « zappés » selon l’expression de JP Demoule. Le succès de récents films d’animation pour enfants est patent. L’adaptation du livre de Roy Lewis (« Pourquoi j’ai mangé mon père ») ou plus récemment « les Croods » donnent à notre public scolaire des représentations qu’il ne faut pas ignorer. Cette dernière animation par exemple met en scène l’histoire d’une famille vivant dans une grotte et qui doit sa survie dans le choix d’innover proposé par un nomade…

Placée en début d’année de 6eau cycle 3, cette question implique de travailler sur des traces dans le projet plus global de construire des démarches propres à celles de l’histoire, des repères et de comprendre une rupture. 

Des choix à réaliser :

Compte-tenu de la problématique posée à Blois et du temps que l’on peut consacrer à cette question avec des élèves de cet âge et de ce niveau, le choix a consisté à limiter le champ d’étude à un corpus documentaire restreint pour des angles d’analyse volontairement limités. Le choix des sources, des « traces à lire » s’est aussi porté sur un corpus qui témoigne du dynamisme de la recherche actuelle.  

On a donc volontairement peu abordé les questions d’habitat et la sédentarisation n’apparait pas ici de façon directe. Chaque trace choisie permet d’analyser plusieurs pans de la révolution néolithique qui a été le moment central du projet pédagogique présenté.

L’innovation a été définie dans une acception large puisqu’elle est technique, mais également sociale, culturelle, politique.

L’activité proposée a donc pour objectifs de travailler trois compétences, situer et construire des repères, analyser des traces et raisonner à partir d’observations, c’est-à-dire répondre à la problématique du caractère « révolutionnaire » des innovations du néolithique.

La proposition de démarche :

Les élèves travaillent dans un premier temps sous la forme d’ateliers pour situer dans le temps l’ensemble des « documents », des modalités pratiques de différenciation permettant pour chaque exercice de s’adapter à leur niveau afin de permettre la réussite de chacun.

Dans un 2etemps, un travail « poussé » de description appuyé sur d’autres sources permet de s’approprier la démarche d’analyse en histoire et de préparer au mieux la compréhension du passé.

Un 3etemps enfin est celui de la reprise des analyses qui peuvent déboucher sur l’identification « des révolutions » dans la vie des hommes.

Un dernier temps permet une mise en commun par le changement des échelles spatiales et chronologiques. Sortir d’un point de vue européo-centré, mettre en perspective l’histoire des migrations, poser des jalons de la portée historique de ces dix millénaires. 

Une réflexion sur ce qu’est l’histoire peut être menée en conclusion avec la classe, « une histoire problématisée et investigatrice qui met à distance et fait réfléchir » selon la belle formule de Charles Heimberg. 

Orientations bibliographiques :
  • Les travaux de JP DEMOULE ont évidemment constitué la base de la réflexion : voir notamment le n°8117 de la Documentation Photographique et le n°1111 de la revue TDC.
  • Le site de l'INRAP, notamment sa chronologie interactive se prête aisément à un travail en classe.
  • La réflexion pédagogique a beaucoup à gagner de la lecture du tome 2 de la fabrique scolaire de l'histoire. Illusions et désillusions du roman national, dirigé par Laurence de Cock paru en août 2017.